Cell. 7 : la Mort vous attend

Kerry Drewery / Hachette / 2017 / Science Fiction ; Dystopie ; Young Adult / 320 p.


« En période de tromperie universelle, la vérité devient un acte révolutionnaire. »

Auteur inconnu

De quoi ça parle ?

Vous avez été 21 millions à assister en direct aux aveux d’Isaac Paige : c’est lui qui a tiré sur son père, lui qui avait d’abord laissé sa petite amie s’accuser à sa place.

Isaac Paige est un meurtrier que vous, chers téléspectateurs, devez punir. Grâce au système Chacun sa voix, vous allez décider de son sort, et de la sécurité de notre ville.

Chaque jour, il avancera d’une cellule dans le couloir de la mort, jusqu’à la cellule 7. Là, c’est votre vote qui décidera.

La vie ? La mort ? À vous de juger !


Ce que j’en ai pensé

ATTENTION : cette chronique spoil le tome 1.

MITIGEE.

Le début de ce deuxième tome m’a quelque peu inquiétée. En effet, j’ai eu l’impression d’être face à un copié/collé du tome 1, si ce n’est que ce n’est plus Martha mais Isaac qui se trouve dans le couloir de la mort. Mais, petit à petit, au fil des pages, de nouvelles sous intrigues sont amenées (un peu tard à mon goût).

Cependant, j’ai trouvé ce tome pas assez approfondi. Si les réflexions autour de la peine de mort, de la justice, des inégalités et de la société du divertissement, que j’avais beaucoup aimé dans le premier opus, sont toujours présente, rien de nouveau n’est réellement apporté. Ce qui fait que c’est un peu redondant.

L’intrigue n’est pas particulièrement palpitante : ça n’avance pas, ou pas assez rapidement en tout cas.

Les personnages ne sont pas beaucoup plus développés. L’autrice aurait pu en profiter pour nous faire connaître/apprécier Isaac davantage (dans la mesure où il y a plus de chapitres de son point de vue), comme elle l’avait fait avec Martha dans le tome précédent, mais il n’en est rien. Le seul personnage qui a une réelle évolution et qui est très intéressant, c’est Joshua. Il m’a beaucoup surprise et j’ai adoré sa storyline.

Nous sommes, ici, face à un tome de transition. C’est l’un des écueils que l’on retrouve dans certaines trilogies, parfois, le tome 2 est un peu en dessous avant le grand final que constitue le tome 3. Mais c’est dommage car pourquoi faire trois tomes si le tome 2 sert à peine à faire avancer l’intrigue ?

Le troisième volet de cette saga n’ayant pas été traduit en français, je ne sais pas encore si je poursuivrai ou non. D’une part parce que j’ai peur de lire en anglais et d’autre part parce que cet ouvrage m’a un peu refroidie. C’est vraiment dommage car l’idée de départ est vraiment bonne.


ATTENTION : cette partie peut contenir des spoilers

Ce que j’ai aimé

  • L’univers dystopique
  • Joshua : l’animateur de Mort = Justice a une prise de conscience à la fin du tome 1. Il se pose les bonnes questions durant ce tome. On sent qu’il est réellement animé par la justice, la vraie et il n’hésitera pas, quitte à se faire renvoyer (ou pire) à faire ce qui lui semble juste. C’est le personnage qui a la meilleure évolution et le développement le plus intéressant.
  • Le gouvernement corrompu et manipulateur : j’ai plutôt apprécié les chapitres du point de vue du Premier Ministre qui permettent de comprendre les ficelles du système. Il ment, il manipule les images, les médias, fait circuler les informations qu’il veut bien et n’hésite pas à déformer la réalité et à calomnier. Ce qui est révoltant. Et justement, j’aurai aimé être beaucoup plus révoltée durant ma lecture.

Ce que je n’ai pas aimé

  • La pluralité des points de vue : (que j’avais pourtant mis dans les points positifs du tome 1) Je trouve toujours intéressant d’avoir une vue d’ensemble, c’est ce qui permet d’avoir autant conscience de la nature pourrie jusqu’au trognon du système. Le revers de la médaille c’est que, de fait, aucun personnage n’a e réel développement car on ne s’attarde pas assez sur chacun. De plus, les passages de l’émission Mort = Justice font vraiment redite avec ceux du tome 1.
  • La population : A part Isaac, Martha, Max, Eve, Cicero et Madame B., personne ne semble remettre en question le système. J’aurai aimé sentir un vent de révolte dans cette ville, mais non. Dès que l’on fait mention d’un spectateur de l’émission ou d’un quidam dans la rue, c’est forcément un défenseur de la peine de mort. Ca fait un peu « seuls contre tous » et on se demande comment ils vont pouvoir, à 5, renverser ce système (ce qui en toute logique doit se produire dans le tome final). Quitte à utiliser plein de points de vue, mettre en avant une poche de résistance aurait pu être intéressant.

Ma note [en toute subjectivité]

Intrigue3/5
Personnages3/5
Emotions3/5
Plume3/5
Note globale12/20

Voir ma chronique sur Cell 7 : la Mort vous regarde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :