Love and Other Words

Christina Lauren / Hugo Roman / 2019 / Romance ; Contemporain / 400 p.


J’aime le fait qu’on puisse utiliser des mots pour convaincre les gens, les énerver, les divertir. Mais tu peux aussi les utiliser pour… (Il hausse les épaules). Pour les exciter.


De quoi ça parle ?

Macy, interne en pédiatrie, prépare son mariage avec un homme plus âgé qu’elle, aisé financièrement, tout en gardant ses distances. Lorsqu’elle tombe sur Elliot – son premier et unique amour – la vie parfaite qu’elle avait construite commence à se craqueler.

Jadis, Elliot était tout pour Macy. Son ami studieux et maladroit s’était transformé en l’homme auquel elle ouvrirait son cœur après le décès de sa mère… avant qu’il ne le brise.

Dix ans après leur rupture, le hasard réunit deux amours de jeunesse séparés pour de mystérieuses raisons. Combien de temps faudra-t-il aux deux héros pour découvrir ce qui a provoqué leur rupture ? Ce qui a mal tourné ? Le véritable amour ne disparaît jamais totalement des coeurs.

Un récit entre passé et présent, le lecteur ignore jusqu’à la toute fin de l’ouvrage, jusqu’au dénouement final ce qui a mal tourné. Elliot parviendra-t-il à percer le secret des dix années de silence de Macy et à se dépasser lui-même, pour la convaincre que l’amour absolu existe ?


Ce que j’en ai pensé

COUP DE COEUR.

Je ne me serais probablement jamais tournée vers ce roman si Agathe de la chaîne Brunelle n’en avait pas parlé en vidéo il y quelques temps. De Christina Lauren, j’avais lu, il y a plusieurs années, Beautiful Bastard et Beautiful Bitch qui ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable. Alors un grand merci Agathe pour la découverte !

Ici, rien à voir avec la série Beautiful. On suit Macy et Elliot à travers deux temporalités : dans le présent et des années plus tôt, à l’époque où il se sont connus, appréciés et tellement aimés. On voit leur relation évoluer depuis leurs séances de lecture dans le dressing-bibliothèque de Macy à la nuit où tout à basculer en passant par leurs premiers émois, leurs moments de doutes, le chagrin de Macy et la présence d’Elliot à ses côtés. Puis, alternativement à ces « souvenirs » on les suit dans les méandres de leur présent. Ces chapitres concentrés sur les événements présents nous amènent à nous questionner sur l’amour et les relations amoureuses lorsqu’on a été méchamment blessé. Macy est alors engagée dans une relation confortable avec Sean qui, loin d’être passionnelle, lui confère un sentiment de sécurité. Sean est un très bon père avec sa fille, il est à l’aise financièrement, il est intelligent et apparemment même s’ils n’ont pas grand chose en commun, Macy et lui s’entendent très bien dans la chambre à coucher. Autant d’arguments qui ont poussé la jeune à femme à accepter de l’épouser. Mais est-ce vraiment de cela dont elle a besoin ? Est-ce vraiment de cela dont NOUS avons besoin ?

Les personnages sont très attachants, surtout Elliot que j’ai particulièrement aimé tant il est vrai, entier et fidèle à lui même de bout en bout.

Un bémol : la révélation finale. Dès le début, tout le roman repose d’ailleurs là-dessus, on sait qu’il s’est passé quelque chose de suffisamment horrible (selon Macy) pour qu’ils ne se parlent plus pendant 11 ans. On sait que la décision vient de Macy et donc que, probablement, c’est Elliot qui a « chié dans la colle » à un moment donné. A chaque fin de chapitre, je ne pouvais m’empêcher de me demandé ce qu’il avait bien pu faire alors qu’il était si merveilleux… Bon, soyons honnêtes, pas besoin de chercher midi à quatorze heures, j’ai deviné assez rapidement ce qu’il en était. Ce n’est pas cela qui m’a dérangée dans cette révélation finale, car je ne voyais pas ce que cela aurait pu être d’autre (cela dit, j’aurais beaucoup aimé être surprise). Ce qui m’a gênée c’est la seconde partie de cette révélation qui est clairement too much.

En dépit de cette fin quelque peu en demi-teinte, Love and Other Words est un excellent roman qui parvient presque à me faire croire en l’âme sœur et qui tend à nous prouver que si deux personnes sont destinées l’une à l’autre, elles finissent toujours par se retrouver : qu’importe les années qui ont passé, tout le monde mérite une seconde chance.

Vous l’aurez donc compris, si comme moi, vous êtes sensibles à ce genre d’histoire, je vous conseille vivement cette lecture et vous invite à découvrir, ou, comme ce fut mon cas, redécouvrir la plume de Christina Lauren qui est très agréable et parvient à vous faire ressentir mille et une émotions.


ATTENTION : cette partie peut contenir des spoilers

Ce que j’ai aimé

  • Elliot : énorme coup de cœur pour ce personnage, tant l’Elliot du passé que celui du présent. Sa gentillesse, son intelligence et son honnêteté (parfois désarmante) à toute épreuve m’ont bouleversée. Il dit tout ce qu’il pense, comme il le pense, sans filtre et comme Macy, je suis parfois restée sans voix face à cela. Comme le mentionne l’héroïne, il est son « meilleur tout », son pilier, son roc. J’ai trouvé cela très beau.
  • La littérature : je l’ai déjà dit plusieurs fois dans mes chroniques, j’adore quand il y a des références dans les romans. L’histoire d’amour entre Elliot et Macy naît dans le cocon qu’ils se sont créé dans le dressing-bibliothèque de la jeune femme, grâce à leur passion commune pour les livres et la lecture. En tant qu’amoureuse des livres, c’était un bonheur de partager ces instants avec eux.
  • Mots préférés : dans la continuité de leur amour des livres, un des rituels des deux protagonistes est de s’échanger leurs mots préférés. C’est très mignon car grâce à cela, ils font passer tellement de choses qu’ils ont du mal à exprimer. Cela nous fait prendre conscience de la beauté des mots, des émotions que l’ont peut faire passer à travers eux et du sens que l’on peut/veut leur donner.
  • L’alternance passé/présent : on a deux histoires en une, que demander de plus ? Cela permet de donner du rythme à l’ensemble du roman. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre nos deux personnages à travers différentes étapes de leurs vies.

Ce que je n’ai pas aimé

  • La révélation finale : toute l’intrigue tourne autour de cette révélation. On veut savoir ce qu’il s’est passé. Qu’est-ce qu’à bien pu faire Elliot pour que Macy refuse de lui parler pendant 11 ans ? A chaque page, j’appréhendais cette révélation car je ne voulais pas que cela entache l’image que je m’étais faite d’Elliot. Cela ne s’est pas produit, car j’avais deviné de quoi il en retournait assez rapidement, du moins pour la première partie de cette révélation. J’ai trouvé la seconde partie de cette révélation un peu too much. Je ne suis pas vraiment fan de la surenchère d’éléments dramatiques. De plus, j’ai trouvé que cela rendait le tout un peu trop irréaliste.
  • Des « réflexions » qui tombent comme un cheveu sur la soupe : je pense surtout à cette phrase : « mon plaisir visuel face à son cul moulé dans son jean en est une autre ». On n’a pas besoin de ce genre de réflexions un tantinet vulgaire. Cette précision n’était absolument pas utile. Il me semble qu’Agathe avait également relevé ce détail dans sa vidéo.

Ma note [en toute subjectivité]

Intrigue4.5/5
Personnages4.5/5
Emotions4/5
Plume4/5
Note globale17/20

– Mot préféré ? murmure-t-il.

Je n’hésite pas une seule seconde :

– Toi.


Pour voir la vidéo de Brunelle (en la revisionnant je me rend compte que je suis complètement d’accord avec ce qu’elle dit, donc n’hésitez à y jeter un œil) : cliquez ici

6 commentaires sur “Love and Other Words

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :