L’Infini + Un

Amy Harmon / Robert Laffont, Collection R / 2015 / Romance ; Contemporain / 421 p.


Moi aussi, je te veux, toi. On est quittes. L’infini plus un égale deux, tu vois ? Toi et moi.


De quoi ça parle ?

Superstar internationale, Bonnie Rae Shelby a tout pour elle : l’argent, la beauté, la gloire et… l’envie d’en finir avec la vie.

Finn Clyde, lui, n’est rien, n’a rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve. Il ne demande qu’à avoir sa chance.

Un acte de compassion et quelques coïncidences plus loin, et voilà ce garçon et cette fille que tout oppose engagés dans un périple qui pourrait aussi bien les transformer que les anéantir.


Ce que j’en ai pensé

BONNE LECTURE.

Dans l’ensemble, j’ai plutôt passé un bon moment de lecture, bien que celle-ci ne marquera probablement pas mon année 2021.

L’autrice nous entraîne dans un road trip à travers les Etats-Unis en compagnie de personnages auxquels on ne peut que s’attacher. Finn et Bonnie sont deux écorchés vifs, tous deux prisonniers -chacun à leur manière- d’une vie qui ne leur convient pas (ou plus) et qui ne leur a jamais fait de cadeaux. S’ajoutent à cela leurs passions respectives : la musique pour elle, les mathématiques pour lui. Et on obtient un cocktail assez sympathique.

Toutefois, bien que je fus touchée par leur histoire respective, leurs passés tourmentés, je n’ai pas été transportée outre mesure par ce récit.


ATTENTION : cette partie peut contenir des spoilers

Ce que j’ai aimé

  • Les personnages : Bonnie et Finn sont deux écorchés vifs. Deux moitiés d’un tout qui n’existe plus, car tous deux avaient un jumeau qu’ils ont perdu dans des circonstances tragiques. Malgré leurs différences, car tout semble les opposer (leur manière de penser, de fonctionner, d’appréhender la vie), ensemble, ces deux personnes brisées par la vie, parviennent à reformer un tout.
  • Bonnie & Clyde : peut-on réellement parler d’une réécriture lorsque c’est inspiré de faits réels ? Quoi qu’il en soit, Finn et Bonnie sont des Bonnie et Clyde des temps moderne (et pas seulement parce qu’ils portent les mêmes noms) que l’on prend plaisir à suivre dans leur fuite.
  • Le road trip : ce roman nous entraîne dans un voyage à travers les Etats-Unis, de la côte Est à à la côte Ouest. Bien que Bonnie et Finn ne s’attardent pas dans les différentes villes qu’ils traversent, l’ambiance road trip est vraiment agréable.
  • Les maths : je déteste les maths et pourtant, j’ai été fascinée par le don de Finn pour les mathématiques et toutes les analogies qui sont faites autour des maths et de la vie/l’amour.

Ce que je n’ai pas aimé

  • L’alternance des points de vue : habituellement j’aime beaucoup cela. Toutefois, ce qui m’a dérangée ici, c’est plus la forme. On passe de la première personne (Bonnie) à la troisième (Finn), puis à des extraits de journaux télévisés ou d’articles de presse et à des flashbacks. J’avoue avoir été un peu perdue parfois.
  • Le mariage : NON ! Juste non ! Il arrive beaucoup trop rapidement. Bien que les personnages soient à Las Vegas (a.k.a la ville du mariage express) à ce moment là, ils se connaissent depuis si peu de temps, leur relation n’en est qu’à ses balbutiements.

Ma note [en toute subjectivité]

Intrigue4/5
Personnages4/5
Emotions3/5
Plume3/5
Note globale14/20

La route était faiblement éclairée

Pas de panneaux pour les guider

Mais ils ont décidé

Que si les routes ne menaient nulle part,

Ils iraient jusqu’au bout, jusqu’à la mort

Bonnie Parker

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :